LES CAHIERS DU PIAF

La solitude de ma Mère me faisait peine. Là-bas dans sa régions landaise loin de moi, pourtant près de mon frère qui la choyait du mieux que possible, les vides du temps lui pesaient. Alors j'ai commencé par écrire une lettre. Je pensais qu'une simple missive déposée par le facteur dans sa boîte lui redonnerait l'existence qu'elle semblait perdre. Elle apprécia ce courrier et les autres qui suivirent. Mais, parler de la pluie ou du beau temps, cela n'avait rien d'attrayant et tout autre sujet d'actualité commençait à se tarir. C'est ainsi que l'idée m'est venue de conter sous forme de petit cahier mes souvenirs d'enfance près d'elle. Elle devint ma première lectrice et il faut bien l'avouer la seule pour un bon moment. Moi le prolo de l'orthographe et de la grammaire prenait goût à l'écriture, cette écriture qui m'ouvrait une porte d'une évasion du réel vers l'imaginaire, endroit si douillet qu'il me manque quand je le quitte.

Depuis j'ai continué d'écrire pour m'évader,  Aux petites embûches de ma vie j'opposais  mon imaginaire comme une histoire que je me contais en l'écrivant et tout cela je le dois donc à Simone ma Mère celle qui m'a appris à rêver !

Richard Clavé  Le Piaf                 

Un cahier au hasard